FERMER×

Tom Fontana

Characteristics

  • Formats

    Drame

  • Genres

    Cop-show, Drame judiciaire, Drame médical

  • Mouvements

    Débuts de la télévision

  • Familles

    Les Autodidactes

  • Décennies

    1980 - 1990 - 2000 - 2010

  • Séries phares  

    • OZOZ
    • Homicide : Le Film Homicide : Le Film

    En quelques trente ans de carrière, Tom Fontana a réussi à radiographier l’Amérique. Rien que ça. Avec son style inimitable, fait de joutes verbales, de phrases lourdes de sens mais jamais caricaturales, Fontana explore aussi bien le monde de l’hôpital, un commissariat et l’institution qui le contrôle, une prison expérimentale, un jury ou les arcanes de la fac. Il y décèle tous les paradoxes possibles dans un style souvent sans concession.
    Surtout connu pour les mythiques « Homicide : life on the street » et « OZ », séries pour lesquelles il est crédité au total d’une centaine d’épisodes, Fontana possède un CV fourni et inégal. Même s’il est aujourd’hui moins sur le devant de la scène, il reste un formidable conteur et créateur, plus écrivain que meneur d’hommes. Un amoureux du beau mot, au milieu d’un incroyable barnum nommé industrie télévisée.

  • Biographie  

    Ce qui est bien avec les grands producteurs, c’est qu’ils savent garder les pieds sur terre. Tom Fontana fait partie de ces gens décontractés et sûrs de leur fait en toute occasion. Après avoir participé à la réussite d’ Homicide : Life on the Street et créé l’une des séries les plus atypiques de l’histoire de la télévision, l’épuisante et unique Oz , Fontana pourrait avoir des raisons d’être un minimum content de lui.
    Fontana appartient à la famille des plumes, ceux qui écrivent inlassablement, les Sorkin, Mamet ou Kelley. Comme les deux premiers de ces messieurs, Fontana vient de l’univers de la dramaturgie. Il commence par travailler dans un théâtre chez lui dans sa ville de Buffalo avant de partir pour New-York City. La légende veut que Fontana aie commencé sa carrière à l’âge de 9 ans. Ce sont les petits voisins qui avaient la mission d’incarner ses univers et les personnages qui les peuplaient. Durant ses études de théâtre, il est particulièrement impressionné par le travail de Georges Bernard Shaw. La théâtralité, justement, ne le quittera plus. A la rigueur des décors et des faits ils préfèrent la justesse des sentiments et de la psychologie humaine. Alors qu’il a déjà écrit des pièces qui se jouent sur scène, il est remarqué par Bruce Paltrow, producteur télé établi qui lui propose d’écrire pour une série qu’il vient de lancer et qui raconte le quotidien à la fois glauque et loufoque d’un hôpital d’un quartier défavorisé de Boston. La série se nomme St Elsewhere, et représente l’un des exemples les plus aboutis de série issue de cette fameuse période dorée de la Quality télévision (voir lexique). Une période où la télévision s’invente un versant art et essai. Fontana se glisse à merveille dans ce job d’auteur écrivant vite et bien pour un résultat concret et surtout pour une télévision qui se découvre subtile et parfois même dérangeantes. Fontana adore ça. Il rencontre ensuite le réalisateur Barry Levinson avec qui il s’associera pour créer Homicide d’après un pilote de Paul Attanasio. La série est librement adaptée d’un roman-enquête du journaliste du Baltimore Sun, David Simon. Simon, qui sous la houlette de Fontana, va apprendre l’écriture télé pour devenir courant les années 2000, l’un des plus précieux créateurs de fictions télé pour ne pas dire de fiction tout court. Homicide restera dans les mémoires comme cette série « différente ». Tournée entièrement à Baltimore, Homicide : life on the street contient vraiment tous les ingrédient du style de Fontana. Personnages épais et marqués par l’existence, ironie constante, dureté mais justesse dans le traitement de la violence, théâtralité (dans le bon sens) des scènes de la vie. Des ingrédients qu’il va également appliquer dans la série sœur d’Homicide, l’atypique OZ, oeuvre symbolisant, plus que toute autre, l’âge d’or d’HBO. Avec cette série, on est au cœur de l’œuvre de Fontana. Plus jamais peut-être, le natif de Buffalo n’aura ce pouvoir créatif (car même HBO a changé…). Avec la précision d’un entomologiste, Fontana travaille l’âme humaine. Pour lui, il n’y a rien de plus révélateur qu’une situation désespérée pour révéler les êtres. Avec OZ, il a la machine parfaite.

    Une universitaire française le comparait récemment à Balzac.

    Contributeurs pour des revues aussi variées que  Le New-York Times, Esquire ou TV Guide, Fontana se fera également enseignant pour les universités de Columbia, Syracuse, Rutgers ou encore Buffalo. Aujourd’hui, Fontana n’occupe plus autant le devant de la scène. Il s’est tourné un temps vers la défense de sa profession en devenant l’un des dirigeants de la WGAE, le syndicat des scénaristes côte est. Ses pièces sont jouées aux quatre coins des Etats-Unis.

    Une universitaire française le comparait récemment à Balzac, arguant du fait qu’avec toutes les séries que Fontana a développées, on pourrait constituer une immense mosaïque du système social et politique de l’Amérique du XXeme et XXIeme. L’homme n’a peur de rien. Même s’il a rencontré plus l’échec que le succès ces dernières saisons (notamment avec Bedford Diaries (injustement annulée) et The Philantropist), Tom Fontana est toujours au cœur de projets qui ont du sens. Après son implication (diversement appréciée) sur Les Borgias, série initiée et co-produite par Canal Plus, on se demande où le maître va rebondir. On ne se fait pas de soucis pour le créateur de OZ.

    Sans être l’un des créateurs les plus voyants de la télé US, Fontana est bien devenu l’une des voix de l’Amérique du XXIe.

  • Crédits principaux   - Tous

  • filiations   - Tous

best websites
Loading…

Welcome to

The first website dedicated to US TV Shows through their creators.

Découvrez qui influence qui, et lesquels ont travaillé ensemble et comment,

et naviguez à travers la carte des créateurs des années 50 à nos jours.

50
No results
Passer la vidéo