FERMER×

John Falsey

Characteristics

  • Formats

    Drame

  • Genres

    Drame familial, Drame psychologique

  • Mouvements

    MTM, Télévision de Qualité

  • Familles

    Les Maîtres

  • Décennies

    1980 - 1990 - 2000

  • Séries phares  

    • Bienvenue en AlaskaBienvenue en Alaska
    • The White ShadowThe White Shadow
    • St ElsewhereSt Elsewhere
    • I'll Fly Away: Then and NowI'll Fly Away: Then and Now

    Il est des duos d’écriture qu’on imagine pas autrement. Prenez John Falsey et son indissociable partenaire Josuah Brand, dès leur première participation à une série, The White Shadow, oeuvre annonciatrice de l’exceptionnelle vague de grandes séries des années 80, les deux créateur fondent un duo qui va défier les lois de la qualité télé hollywoodienne.

  • Biographie  

    Comparer un autre auteur à la carrière du duo John Falsey et Josuah Brand est un sacré challenge. Il faut bien être un des dinosaures de cette industrie, un Steven Bochco ou un David Chase pour oser leur contester le titre de meilleurs créateurs encore vivants. Commencé au début des années 80, au sein de la writing-room de Bruce Paltrow et son White Shadow, l’écriture de Falsey et Brand est le produit de tout ce qui est bon dans la fiction télévisée. Des personnages d’une complexité rare pour l’époque, un incessant recours à l’émotion, des univers originaux, un point de vue. Falsey et Brand, à travers St Elsewhere, I’ll fly away (Les ailes du destin), Northern Exposure (Bienvenue en Alaska), dessinent tout ce qui fait de la télévision des années 80, la première marche vers le médium accompli que nous connaissons de nos jours en regardant Friday Night Lights ou Mad Men.
    Pour l’ensemble de leurs créations, auxquelles il faut ajouter A year in the life, le duo a récolté plus de 50 nominations aux Emmy Awards. On mesure là, un peu mieux l’influence que Falsey et Brand possèdent dans la fiction US moderne même si aujourd’hui contrairement à un David Chase ils ont complètement disparu (ou presque) de la circulation.
    Falsey sort du très réputé atelier d’écriture de l’université d’Iowa. Sa nouvelle, « Bachelors », est publiée dans The New Yorker. Un an plus tard, il est à Hollywood pour écrire de la télévision. Pas n’importe laquelle puisqu’il est recruté par Bruce Paltrow pour The White Shadow, une série que le grand universitaire,  spécialiste de la télé des années 80,  Robert J. Thompson, n‘hésite pas présenter comme l’un des prémices à la prestigieuse vague de grandes séries dite de la Quality Television (voir lexique).

    Il est des duos d’écriture qu’on imagine pas autrement. Les deux créateur fondent un duo qui va défier les lois de la qualité télé hollywoodienne.

    Friday Night Lights avant l’heure, The White Shadow et son équipe de basket ne sera pas un immense succès public. En revanche, après cette série subtile et touchante, chacun sait que la voie est tracée pour un nouveau type de série dont le Hill Street Blues de Steven Bochco va être le révélateur. C’est dans ce contexte que Falsey et Brand se rencontrent et se mettent à écrire ensemble. La collaboration initiée sous les ordres de Paltrow leur a permis d’intégrer la communauté « MTM », un groupe de créatifs gravitant autour d’une société de production (MTM pour Mary Tyler Moore, une actrice très connue à l’époque) qui va incarner durant les années 80 le renouveau de la fiction télévisée. Outre Hill street blues, on doit à cette société des séries comme St Elsewhere, Remington Steele ou encore Lou Grant. C’est une période d’euphorie durant laquelle des séries vont être produite en dépit de la logique qui prévalait à cette époque dans les grandes chaines. St Elsewhere fait partie de celles-là. Cette période est demandeuse d’innovation. Véritable brûlot contre le système hospitalier américain, la série multiplie les descriptions de conditions de travail déplorables pour exercer la médecine.  Pour faire passer tous ces messages, Brand et Falsey s’attachent les services de plumes de qualité. Citons Tom Fontana, que les deux producteurs vont chercher dans son théâtre à Buffalo mais aussi John Masius, Mark et John Tinker, Joel Surnow, Charles E. Eglee, Eric Overmyer ou encore Bruce Paltrow. La série dure 137 épisodes et on la qualifie de « Hill Street Blues à l’hôpital ». C’est en fait bien plus que ça. Plutôt une série très complète qui n’hésite pas jouer avec les codes de la télévision.
    Avant de créer les deux séries qui restent comme ses chef-d’œuvres (I’ll fly away et Northern Exposure), le duo va développer pour Steven Spielberg l’anthologie Amazing stories tirée des comics éponymes. Un programme spectaculaire qui reste pourtant une anomalie dans la filmographie plus naturaliste du duo.
    Après le développement de leur seconde série, A year in the life, une œuvre sensible et attachante, qui aurait mérité de durer, John Falsey et Josuah Brand se lancent dans ce qui reste comme deux des plus grandes séries et ce, toutes périodes confondues. I’ll fly away (Les ailes du destin) raconte l’histoire d’une famille blanche, dont le père veuf (interprété par Sam Waterston),  tombe amoureux de la gouvernante noire. Un amour difficile sur fond de lutte pour les droits civiques. David Chase fait partie de l’aventure et le fera encore pour Northern Exposure (Bienvenue en Alaska), peut-être la plus méconnue des grandes séries du début des années 1990. Lancé en même temps ou presque que Twin Peaks, la série reprend quelques grands codes de l’œuvre de David Lynch et Mark Frost, les meurtres en moins… Délicieusement décalée, Northern Exposure arrive comme une jolie conclusion pour Falsey et Brand mais aussi comme une série-nœud ou des passages de témoins ont lieu. David Chase monte désormais en puissance et peut commencer à préparer son chef d’œuvre à lui (The Sopranos).
    Fin de la décennie 1990, on retrouve une derrière fois la plume de John Falsey, seul pour la circonstance, pour  quelques épisodes de la série Providence. En qualité de consulting producer, il vient aider John Masius qu’il a lui même fait travailler au temps de St Elsewhere. La « mafia » MTM a encore frappé… Tant mieux pour nous.

  • Crédits principaux   - Tous

  • filiations   - Tous

best websites
Loading…

Welcome to

The first website dedicated to US TV Shows through their creators.

Découvrez qui influence qui, et lesquels ont travaillé ensemble et comment,

et naviguez à travers la carte des créateurs des années 50 à nos jours.

50
No results
Passer la vidéo